le mur


texte & mise en scène

philippe delaigue

 
→ présentation

Écrire pour le clown

La genèse de cette nouvelle création naît du désir de l’équipe de prolonger la vie d’une de ses Petites mythologies – déjà appelée Le Mur – qui a révélé une nouvelle étape dans l’écriture de Philippe Delaigue, celle du clown de théâtre. Pour la première fois, son écriture ne s’origine plus dans un thème, dans la commande d’un théâtre ou dans sa propre inspiration. Pour la première fois, ce qui l’inspire, c’est une voix, un corps, une façon de parler et de voir le monde auxquels il prête ses mots en espérant que ces voix et ces corps s’en emparent et y trouvent vie et grâce. Cette inspiration vient également de cette part d’enfance que nous avons tous, mais à laquelle nous nous dérobons le plus souvent par paresse et pesanteur. « Tenter de trouver un accès jusqu’à elle et pouvoir y résider le temps de l’écriture, c’est une tâche ardue, mais exaltante » dixit l’auteur.

Les clowns portent une langue et une action dramatique. Écrire pour le clown est un exercice particulier. Il faut se mettre à sa hauteur, et voir le silence, la fragilité, la violence, l’enfance contenue dans la bouche et le corps du clown. Car il se trompe, échange des voyelles, des syllabes, maltraite le langage et en révèle ainsi les rouages et la beauté. Il est imprévisible. Chaque clown est un poème à lui tout seul, il faut savoir écouter et lire ce poème ; suivre ce poème pour qu’un autre poème, dramatique celui-là, se fasse entendre par sa voix.

 

Clown et mythes

« La création de ce duo de clowns s’invente à partir du mythe de Pyrame et Thisbé, ces deux jeunes babyloniens qui habitent des maisons contiguës, s’aiment malgré l’interdiction de leurs parents et se parlent le soir à travers la fente d’un mur qui sépare leurs deux chambres. Dans la rencontre avec les élèves des nombreux établissements où se sont joués Les petites mythologies, Le Mur a suscité de fervents débats sur des thématiques aussi universelles que subversives telles que l’amour, les peuples ennemis, la traversée des mers, l’arrivée en terre inconnue, la peur de l’autre. Les réactions enthousiastes des jeunes spectateurs, la terrible actualité des enjeux de cette histoire et le désir de l’auteur et metteur en scène de creuser ce début d’écriture pour les clowns de théâtre nous ont engagé dans cette aventure de création. Il nous a fallu chercher des réponses à ces questions abstraites, pour fabriquer nos clowns : leurs couleurs, leurs formes, leurs visages, leurs démarches, leurs corporalités, leurs matières, leurs voix, leurs fantaisies, leurs poésies… »

Léa Menahem et Jimmy Marais
→ intentions

« Nous voulions une histoire d’amour, un duo. Mais parler d’amour n’est pas suffisant. L’amour devait rester un prétexte, un prétexte pour dire autre chose. Utiliser la dynamique du duo amoureux pour dire plus. Un couple tragique ! Ça s’était bien ! Proto Roméo et Juliette, l’histoire de Pyrame et Thisbé nous a tout de suite parus intéressante, et en particulier le rôle actif que joue le mur dans cette tragédie. J’ai pensé à tous ces murs de plus en plus présents sur la carte du globe, ces murs qui empêchent et qui tuent, mais qui restent des murs, c’est à dire des constructions vouées à tomber. Si l’histoire de Pyrame et Thisbé date, nous faisons entrer en résonance leur drame avec celui des exilés, qui par nécessités (politiques, économiques ou amoureuses, donc) franchissent les barrières, traversent les mers, parcourent les routes, percent les murs. La richesse de l’adaptation d’un mythe réside dans son interprétation, dans le regard de celui qui veut y voir et y entendre quelque chose. »

Philippe Delaigue
→ Cie TRANSPORTS EN COMMUN

La compagnie Transports en commun est créée en 2016, à l’initiative de Léa Menahem, en collaboration avec Quentin Bardou et Jimmy Marais. Implantée à Marseille, elle est imaginée comme un outil commun de création. Les actuels membres de l’équipe se sont rencontrés au cours de leur formation à l’ENSATT (École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre), à Lyon.

Dans un monde où les conflits se multiplient, où tout se dématérialise ; un monde où la définition de notre humanité se transforme et se brouille, comment réajuster sans cesse nos désirs de création, de prises de paroles, d’images et de sons pour faire un théâtre qui questionne les paradoxes de notre condition ? Nous tentons de donner une réponse à cette question en allant à la recherche de formes spectaculaires et intimes, qui interrogent notre rapport à l’autre, à travers une parole sensible que nous voulons situer à l’intersection du poétique et du politique.

Pour nos deux premières créations, nous avons fait le choix d’orienter notre recherche vers une figure particulière : « le clown de théâtre ». Cette figure possède un spectre immense d’incarnation et nous permet une grande liberté de fabrication et de nouvelles explorations artistiques ; elle est capable de produire à la fois du beau, du tendre, du féroce, du violent, sur un champ poétique comme politique.


→ équipe
texte & mise en scène

Philippe Delaigue

LUMIÈRES

Sébastien Marc

avec

Léa Menahem
Jimmy Marais

→ photos
p-cendrillon-c-est-moi-01p-cendrillon-c-est-moi-02
→ production
production

La Fédération - cie Philippe Delaigue.

Coproductions

Cie Transports en commun - Marseille
Château Rouge - Scène conventionnée - Annemasse

→ élément à télécharger

Le Mur