La

fédération

 
 
 
La Fédération est conventionnée par la Drac Rhône-Alpes, la Région Rhône-Alpes et subventionnée par la Ville de Lyon.

 

 

 

La Fédération a 10 ans.

La Fédération est née d’une histoire et d’une expérience singulière du théâtre, celle de Philippe Delaigue. Après plus de 30 ans de créations, de rencontres, la fondation d’un Centre Dramatique National (la Comédie de Valence), il crée La Fédération à Lyon. Son ambition d’alors, dans la droite ligne de son engagement avec le CDN, est de créer des spectacles motivés : motivés par des désirs d’artistes, des commandes de directeurs de théâtres, des idées de penseurs de territoires, des rencontres avec de jeunes créateurs en recherche, des échanges avec des élus engagés et convaincus, des attentes d’enseignants associés…

Pour Philippe Delaigue, le théâtre est un art de la parole éminemment et absolument politique au sens le plus noble du terme. Sur une scène, la scène d’une cité ou d’un territoire, des vivants parlent à des vivants qui leur ont délégué cette parole, ce pouvoir de la parole. C’est parce que cette parole est un prêt que nous font nos concitoyens, que nous nous devons de la leur rendre avec générosité et exigence. Dans le temps du théâtre, les "parlants" et les "écoutants" appartiennent à la même assemblée : il faut avoir rassemblé, donné la chance d’un rassemblement, pour que cette assemblée puisse se diviser, se bouleverser, n’être pas d’accord en toute fraternité, car le théâtre est le lieu de la fraternité.

La Fédération a 10 ans. Depuis sa création, le travail de la compagnie est ainsi le reflet de la carrière de Philippe Delaigue et de sa conception du théâtre dans la cité. A travers la commande d’écriture à des auteurs contemporains, à travers aussi le compagnonnage artistique avec des compagnies émergentes, la Fédération associe les talents et les nécessités, posant ainsi les conditions d’un art résolument ancré, significatif.

« J’ai depuis toujours tenté, que ce soit à la tête d’une compagnie comme d’un théâtre, de conjuguer une création d’inspiration personnelle, motivée par des lectures, des rencontres, une histoire – la mienne - et une création d’inspiration «citoyenne» dont la source s’origine sur un territoire, et dont le geste artistique passe le plus souvent par la commande à des auteurs, des metteurs en scène…

À l’heure où la représentation du monde sur le théâtre n’a jamais été aussi problématique, je tente de répondre à cette difficulté en convoquant des paroles d’auteurs sur des sujets ou problématiques précis, pour des territoires et publics repérés. Ainsi, il nous devient possible de mesurer l’efficience d’un théâtre en prise directe avec des réalités, dans un rapport de grande proximité au public, un théâtre qui n’effraie pas, qui ne creuse pas davantage encore le fossé qui le sépare des «vrais» gens. Un théâtre qui fraternise d’emblée pour s’autoriser ensuite, en toute liberté, le pouvoir du dissensus. »

 Philippe Delaigue